Frank Bou-Hassira donne ses conseils pour récupérer après un marathon

La récupération après un marathon n’est pas seulement l’un des aspects les plus importants de la course à pied, c’est aussi malheureusement l’un des plus sous-évalués. Frank Bou-Hassira, expert en développement personnel, explique l’importance de récupérer après une course aussi éreintante.

Les règles de base pour récupérer après la course

Récupérer après le marathon, les conseils de Frank Bouhassira

Récupérer après le marathon, les conseils de Frank Bouhassira

Après une course, on a souvent qu’une envie : en finir. Mais il est nécessaire de « réinitialiser » son corps afin de pouvoir reprendre son entraînement. Frank Bou-Hassira donne ses conseils afin d’optimiser la récupération post-effort.

Première étape : la douche

Si par instinct, on pense après un marathon à une longue douche chaude, détrompez vous. En plus d’être non écologique, il est conseillé de s’orienter plutôt vers une douche de contraste. Késako ? Frank Bouhassira nous explique qu’il s’agit d’alterner entre eau froide et eau chaude sur les jambes : une minute chaude, puis une minute froide. L’oscillation entre la fermeture et l’ouverture des vaisseaux permet d’acheminer le sang riche en oxygène vers les jambes.

Deuxième étape : manger des protéines, dormir, et bouger

Après cette douche de contraste, on se fait plaisir avec un bon repas riche en protéines. Ensuite, direction une bonne nuit de sommeil.

Le lendemain, une journée de repos ? FAUX. Frank Bou-Hassira affirme qu’il faut se bouger le lendemain du marathon. C’est dur, mais il faut au moins se lancer dans un peu de marche rapide, et peut-être même un jogging léger. Cela permet de faire circuler le sang dans les jambes, et donc de faciliter le processus de guérison.

Cette petite course ou cette marche est une manière de vérifier ce qui va ou non avec son corps après la course. Le genou gauche fait il mal ? Les muscles fessiers sont-ils tendus ? Des ampoules douloureuses ont-elles fait leur apparition sur un pied ? Cela permet de se rendre compte des problèmes qui ont pu survenir pendant la course, afin d’y faire plus attention la prochaine fois.

Frank Bou-Hassira conseille de prendre sa récupération très au sérieux

Souplesse post-marathon, conseils de Frank Bou-Hassira

Souplesse post-marathon, conseils de Frank Bou-Hassira

Par exemple, on peut même investir et consulter un ostéopathe. Un coureur de marathon parcourt beaucoup de kilomètres, il pousse ses capacités le plus loin possible, et il se peut qu’il y ait une panne dans la biomécanique, par exemple si l’on fait plus travailler un groupe musculaire d’un côté de son corps que de l’autre. En gros, cela signifie que beaucoup de participants sont asymétriques lorsqu’ils terminent le marathon. Un professionnel pourra aider à trouver ces asymétries et soigner les petites blessures subies pendant la course.

La reprise du sport par un entraînement croisé

Il a longtemps été considéré qu’il était nécessaire de prendre un jour de repos avant de recommencer à courir. Mais un nouveau modèle de récupération marathonienne valorise le pouvoir de guérison du sang riche en oxygène dans les tissus musculaires endommagés. Une bonne façon de le faire est de nager, ou de pratiquer le « jogging aquatique ». Les deux méthodes sont bénéfiques, car vous faites simplement circuler du sang dans votre corps, ce qui accélère le temps de guérison des dommages cellulaires qui ont eu lieu pendant la course.

Un autre avantage de l’eau est que la pression hydrostatique offre à votre système un massage doux, qui aide à évacuer les toxines et déchets que le corps pourrait retenir suite au marathon. Mais on peut également se tourner vers du vélo ou de la randonné pédestre, qui répondent également aux critères de l’apport de sang aux muscles endommagés.

Frank Bou-Hassira insiste : reprendre des forces avant de recommencer l’entraînement

Cela est très important. Les addicts du running auront du mal à ralentir le rythme, mais il le faut cependant. En attendant, on n’arrête pas toute activité sportive : on travaille la mobilité, la musculation, la souplesse. Cela peu paraître moins attrayant qu’un running d’une heure et demi, mais c’est nécessaire pour devenir un bon coureur. Ce travail peut faire office « d’assurance » contre les future blessures.

 

Courir un marathon est un accomplissement énorme, et il faut être fier de terminer. Mais il faut également, par la suite, prendre les mesures nécessaires après la course pour s’assurer que la prochaine phase d’entraînement de course sérieuse se déroule bien. Il faut investir en temps, avec les douche à contraste, une séance d’ostéopathe, et des exercices quotidiens afin de favoriser votre organisme pour la prochaine course.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *